Interview d’un procureur

Jean-Michel Durand, ancien procureur général de Fort de France (97)

Comment êtes vous devenu procureur ?

Lorsque je faisais mes études de droit, j’ai su tout de suite que j’embrasserai un métier dans lequel on applique les lois de manière pratique. J’ai alors choisi de devenir magistrat car c’est un métier dans lequel on se dresse contre les criminels et les délinquants au nom de la loi. J’ai commencé comme juge d’instruction, avant de devenir procureur et terminer ma carrière comme procureur général. J’ai pris rapidement conscience que ce n’était pas un métier comme les autres. Nous avons une lourde responsabilité sur les épaules. Tout d’abord parce que la personne en face de vous risque la prison, de se voir privée de toutes ses libertés et de ce fait vous n’avez pas le droit à l’erreur. Ensuite parce que notre rôle est aussi de protéger les victimes et d’éviter que les prévenus ne récidivent. C’est à nous de trouver la réponse judiciaire adaptée à chaque situation. La prison n’est pas la panacée.

Comment a évolué le métier ?

On ne peut pas nier la montée de la délinquance et par conséquent le recours accru à la justice. Malgré cela, aujourd’hui, la quasi totalité des infractions sont traitées par les tribunaux. Contrairement à ce que l’on pense, la justice du quotidien, des petits délits, est très rapide. Pour permettre un suivi immédiat, des permanences ont été mises en place. Dans chaque juridiction de France, un ou plusieurs magistrats sont disponibles 24/24, tout comme un médecin. Ils traitent en temps réel tous les crimes ou délits dont ils sont informés par les enquêteurs, même à 3 heures du matin un dimanche ou le jour de Noël.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “Interview d’un procureur”

Aller à la barre d’outils