Devenir chocolatier-confiseur

C’est quoi ?

Un créateur de chocolats. Dans son atelier, il confectionne petits chocolats ou des pièces beaucoup plus grandes (cloches, pièces montées…). Il crée les douceurs qui mettront l’eau à la bouche de ses clients, à travers le dosage raffiné des saveurs, le mélange subtil des textures et la forme qu’il donne à ses créations.

J’en prends pour combien ?

4 ans après la 3e pour décrocher un Brevet technique des métiers (BTM) chocolatiers (7 établissements en France). Il est ouvert au titulaire d’un CAP (Certificat d’aptitudes professionnelles) chocolatier-confiseur (43 établissements), préparé en 2 ans après la 3e.

Le candidat idéal ?

De l’audace dans les créations et le mélange des saveurs. Aujourd’hui, les chocolatiers misent sur l’originalité pour se démarquer de la confiserie industrielle.

Les plus ?

C’est un métier à la fois technique (dosage précis des ingrédients, maîtrise des températures de cuisson), et artistique (moulage, montage de grandes pièces en chocolat…)




Les moins ?

Les périodes d’enfer pendant les fêtes et durant lesquelles, le chocolatier est constamment sur la brèche et ne voit pas beaucoup le jour.

Je travaille quand ?

Les horaires sont normaux, exceptés pour les fêtes de Noël, de la Saint-Valentin et de Pâques où le chocolatier doit mettre les bouchées double.

Y’a de la place pour moi ?

Oui ! Après une solide expérience comme apprenti, puis salarié, un chocolatier peut s’installer à son compte. Il faudra tout de même se faire une clientèle.

Combien je gagnerais par mois ?

Environ 1.300 euros pour un débutant.

DR Oriel

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “Devenir chocolatier-confiseur”

Aller à la barre d’outils