Devenir crémier-fromager

C’est quoi ?

Un expert en fromage. En boutique ou sur les marchés, on trouve sur son étal du roquefort, des crottins, de l’époisses, du maroilles… et bien sûr la star, le camembert. Il conseille ses clients sur les variétés à choisir en fonction de leurs goûts personnels (pâte molle, pâte dure, à base de lait de vache ou de chèvre…) ainsi que sur les meilleures associations possibles avec les vins.

J’en prends pour combien ?

2 ans à partir de la 3e pour obtenir un CAP « employé de vente spécialisé option produits alimentaires. » Pour avoir de meilleures chances, vous pouvez vous spécialiser en 2 ans pour décrocher le certificat de qualification professionnel de « vendeur conseil crémier fromager ». Une condition préalable : trouver un employeur qui vous embauchera les jours de la semaine où il n’y a pas cours.

Le candidat idéal ?

Il a les sens du goût et de l’odorat aiguisés pour conseiller au mieux sa clientèle. Un Comté referme par exemple près de 80 arômes différents.

Les plus ?

Vendre du fromage au détail, c’est voyager à travers l’histoire de France. A lui seul notre pays compte plus de 500 variétés dont l’origine, pour certaines, remonte à l’Antiquité.




Les moins ?

Pas toujours facile de faire son beurre face aux prix défiant toute concurrence des grandes et moyennes surfaces.

Je travaille quand ?

Généralement 6 jours par semaine, samedi et dimanche compris.

Y’a de la place pour moi ?

Oui. Il est possible d’ouvrir son propre commerce. Cela exige beaucoup de savoir-faire pour fidéliser sa clientèle et résister à la grande distribution.

Combien je gagnerais par mois ?

Environ 1 .300 euros pour un débutant.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller à la barre d’outils