Devenir ingénieur en construction navale

C’est quoi ?

Le concepteur des bateaux. De la coque au mat, c’est à lui d’imaginer et de réaliser les plans de la structure et des équipements (salle des machines, système de propulsion…) en fonction de la commande du client (paquebot, bateau de pêche, bâtiment militaire…). Il supervise ensuite la construction jusqu’à la livraison du navire.

J’en prends pour combien ?

5 ans après le bac à l’école navale de Brest ou dans une école d’ingénieurs qui proposent une spécialisation en génie maritime (Paris, Nantes…). On y accède sur concours après 2 ans de classe préparatoire.

Le candidat idéal ?

Organisé ! Entre les problèmes techniques, les délais de fabrication à respecter, un chantier n’est pas une mince affaire à gérer.

Les plus ?

La bouteille de champagne qui se brise sur la coque. En d’autres termes, la satisfaction de voir le bateau que l’on a imaginé et sur lequel on a travaillé pendant des semaines, voire des mois, prendre la mer.




Les moins ?

Forte pression sur les épaules. En tant que superviseur des travaux, c’est à lui que revient la responsabilité des retards et les sommes en jeu peuvent être conséquentes.

Je travaille quand ?

Les horaires sont variables. Plus on approche de la date de livraison du bateau, plus les journées sont longues pour être dans les temps.

Y’a de la place pour moi ?

Oui ! Le marché de la construction navale est en plein essor en France et les chantiers recherchent des ingénieurs.

Combien je gagnerais par mois ?

Environ 2.500 euros (débutant).

DR Raphodon

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “Devenir ingénieur en construction navale”

Aller à la barre d’outils