Devenir sous-officier du génie de combat

C’est quoi ?

Une sorte d’ingénieur de l’armée. Principal objectif : faciliter la progression des troupes en territoire ennemi. Il peut ainsi être amené à déminer une zone ou construire un pont provisoire pour faire traverser une rivière à des véhicules.

J’en prends pour combien ?

Environ 1,5 an après le bac. Le candidat suit tout d’abord une formation militaire de 8 mois destinée aux sous-officiers à l’ENSOA (Ecole nationale des sous-officiers d’active) de Saint-Maixent. Il intègre ensuite l’ESAG (Ecole supérieure et d’application du génie) d’Angers pour une durée de 6 mois à 1 an afin de se spécialiser dans le génie du combat.

Le candidat idéal ?

Rigueur et concentration sont des qualités indispensables lors des opérations de déminage et d’assemblage de ponts.

Les plus ?

La variété de ses missions à la fois en matière de technicité mais aussi de combat car c’est également un soldat.




Les moins ?

Certaines missions comme le déminage sont extrêmement risquées.

Je travaille quand ?

Les horaires sont normaux sauf en période de conflit. Il est en outre envoyé plusieurs semaines par an en manœuvre, un entraînement en conditions réelles de guerre.

Y’a de la place pour moi ?

Oui ! L’armée recrute régulièrement des sous-officiers du génie de combat.

Combien je gagnerais par mois ?

En début de carrière la solde est de 1.200 euros par mois, logé et nourri au frais de l’armée. Comme pour tous les militaires, quel que soit leur grade, cette rémunération augmente lors des opérations à l’étranger.

DR Ad Meskens

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller à la barre d’outils