Devenir ingénieur d’essais automobile

C’est quoi ?

Un ingénieur chargé de tester les voitures avant que l’on puisse s’y mettre au volant. Sa mission : s’assurer du bon fonctionnement des nouveaux équipements avant et après leur installation dans les voitures (moteur, freins, …). Il organise donc des tests sur prototypes ou par simulation informatique, puis analyse les résultats. Pour cela, il pousse le matériel dans ses derniers retranchements (crash-tests, tenue de route…) afin de mesurer sa résistance aux contraintes et garantir la sécurité des conducteurs.

J’en prends pour combien ?

5 ans après le bac dans une école d’ingénieurs qui propose une spécialisation en mécanique, énergie ou matériaux (Polytechnique, l’ESTACA…). On y accède sur concours après 2 ans de classe préparatoire (sur dossier). Certaines universités de science proposent également des formations en « mécanique et énergie » à partir de la 4e année (Grenoble, Orléans…).

Le candidat idéal ?

Méthodique afin d’anticiper toutes les défaillances possibles d’un nouvel équipement.

Les plus ?

Crash-tests, essais sur piste ou en laboratoire… cet ingénieur ne s’ennuie pas dans son travail.




Les moins ?

La pression sur les épaules. Un contrôle mal effectué et toute une gamme de voitures peut être retirée de la vente, ce qui fait perdre beaucoup d’argent à l’entreprise.

Je travaille quand ?

Au moins 35h, du lundi au vendredi, avec des périodes de rush lors du bouclage des projets.

Y’a de la place pour moi ?

Les places dans le secteur automobile ne sont pas nombreuses. Mais l’ingénieur d’essais peut se tourner vers les domaines aéronautique, ferroviaire ou encore spatial.

Combien je gagnerais par mois ?

2.200 euros (débutant).

DR Brady Holt

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller à la barre d’outils