Devenir contrôleur aérien

C’est quoi ?

L’aiguilleur du ciel. Depuis la tour de contrôle d’un aéroport, il règle la circulation des avions présents dans le périmètre que couvre son radar pour éviter les accidents. En liaison avec les pilotes, il leur donne l’autorisation de décollage, d’atterrissage. Il leur indique également les couloirs aériens et les numéros de piste à emprunter.

J’en prends pour combien ?

5 ans après le bac pour décrocher le diplôme d’ingénieur du contrôle de la navigation aérienne. Seul l’ENAC à Toulouse prépare ce diplôme. On y accède sur concours après 2 années d’études scientifiques (BTS, DUT…). Passer par une classe préparatoire (Math sup/Math spé…) offre de meilleures chances de réussir les épreuves écrites et orales.

Le candidat idéal ?

Concentré car les trajectoires de vol doivent être réglées au millimètre, surtout lorsque le trafic est intense. Il sait également garder son sang-froid quand un avion en détresse rentre dans le périmètre de son radar.

Les plus ?

Les réductions importantes sur le prix des billets d’avion.




Les moins ?

C’est un métier stressant ! La vie de millier de passagers dépend de la qualité des informations qu’il donne aux pilotes.

Je travaille quand ?

32 heures par semaine. Les horaires peuvent être décalés (nuit, weekends…).

Y’a de la place pour moi ?

Peu ! Environ 80 contrôleurs aériens sont formés chaque année.

Combien je gagnerais par mois ?

Autour de 2400 euros (débutant).

DR Axel Péju

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller à la barre d’outils