Devenir responsable des opérations spatiales

C’est quoi ?

Derrière son pupitre au centre spatial de Kourou, il est chargé de la mise en œuvre de la mission (dernière vérification informatique, lancement du décompte, décollage…) et de son suivi : mise en orbite des satellites…

J’en prends pour combien ?

5 ans après le bac en école d’ingénieurs spécialisée en aéronautique (SUPAERO ou l’ENSICA à Toulouse…). On y accède sur concours après 2 années en math sup-math spé.

Le candidat idéal ?

Réactif. Il doit être capable de tout de suite trouver une solution en cas de pépin pendant la mission.

Les plus ?

Être au cœur de l’action, dans le centre névralgique des missions spatiales : la salle Jupiter à Kourou.




Les moins ?

Ce n’est pas toujours facile de tenir nerveusement. Quand ce n’est pas la vie des spationautes qui est entre ses mains, ce sont les millions d’euros qu’ont coûtés une fusée ou un satellite.

Je travaille quand ?

Le responsable des opérations ne compte pas ses heures, surtout pendant une mission.

Y’a de la place pour moi ?

Très peu. Il n’y a qu’une soixantaine de places assises dans la salle Jupiter.

Je gagnerais combien par mois ?

2500€ (débutant).

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller à la barre d’outils