Devenir expert en sécurité informatique

Devenir expert en sécurité informatique

L’expert en sécurité informatique travaille à combler les failles dans les ordinateurs ou les systèmes informatiques des entreprises pour les protéger des pirates.

C’est quoi ?
Un policier anti-hacker, chargé de colmater les failles dans les réseaux informatiques des entreprises ou des administrations (préfectures, ministères…) et de protéger les données (fichiers clients, informations militaires sensibles…). Il commence par établir un diagnostic en se mettant dans la peau d’un pirate qui attaquerait un site. Puis il installe des protections (antivirus, pare-feu…). En cas d’intrusion, il intervient pour contrer l’attaque.
J’en prends pour combien ?
Cinq ans après le bac. D’abord, deux ans en classe préparatoire scientifique – on y accède sur examen du dossier scolaire. Le candidat peut alors passer les concours pour intégrer l’une des écoles d’ingénieurs qui proposent une spécialité en informatique (3iL à Limoges, Ensi à Caen…). Cette formation dure trois ans.
Le candidat idéal ?
Méthodique, il faut passer les sites au peigne fin pour détecter les failles du réseau d’un client.
Les plus ?
C’est un travail d’enquêteur : il faut découvrir comment des pirates peuvent percer un « coffre-fort » informatique.
Les moins ?
La pression : il faut rapidement bloquer les hackers, car le piratage peut coûter cher à une société, voire à un pays s’il s’agit d’informations « secret défense ».
Je travaille quand ?
Les horaires sont normaux. Mais en cas de piratage, il faut intervenir aussitôt, la nuit comme les week-end.
Y a de la place pour moi ?
Oui ! Les entreprises qui gèrent des données sensibles (banques, assurances…) ont régulièrement besoin d’experts en sécurité. Tout comme les sociétés spécialisées en informatique.
Combien je gagnerai par mois ?
À partir de 2 500 euros (débutant).

Un commentaire

Un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[an error occurred while processing this directive]