Interview d’un architecte

Éric Mialou, architecte à Pau

Comment êtes-vous devenu architecte ?

Par vocation. Quand j’étais enfant, je dessinais des maisons et je rêvais de devenir Léonard de Vinci quand d’autres voulaient être pompiers. Après un bac dans le génie civil, j’ai donc naturellement intégré une école d’architecture. J’ai réalisé mon rêve et j’en suis ravi, car je ne m’ennuie jamais. Chaque jour est différent. Pour chaque nouveau projet et malgré nos acquis et notre expérience, on repart toujours d’une page blanche. Je me rappelle par exemple d’un abattoir de volaille que j’ai transformés en loft. J’ai d’ailleurs un penchant pour la réhabilitation de lieux chargés d’histoire plutôt que pour la construction neuve. Je trouve ça plus gratifiant.

Comment le métier a évolué ?

Les contraintes de construction évoluent sans cesse. Depuis deux ans, nous sommes par exemple obligés de nous conformer à de nouvelles règles parasismiques. Nous prenons en compte le risque de tremblement de terre selon les régions. Par exemple dans le Béarn où les sols sont argileux, j’ai décidé d’abandonner les constructions sur pilotis. Car le poids n’est pas assez réparti en cas de séisme ce qui présente un risque. A partir de l’année prochaine, toutes les maisons devront être « basse consommation ». Nous devrons choisir des matériaux qui limitent les déperditions d’énergie.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller à la barre d’outils