Interview d’une artiste et directrice de cirque

Lydia Zavatta, artiste et ancienne directrice de cirque

Le numéro des fauves est toujours très attendu dans un spectacle. Comment devient-on dompteur ?

Tout d’abord, il faut aimer les animaux et surtout ne pas en avoir peur car ils le sentent tout de suite et peuvent devenir agressifs. Ensuite, c’est un travail quotidien et de longue haleine ! On commence généralement comme garçon de cage. Il nourrit les fauves adultes, donne le biberon aux bébés, nettoie la ménagerie… C’est une étape essentielle, car les animaux doivent s’habituer à votre odeur. Puis, peu à peu, lorsque ils ont accepté votre présence, vous rentrez dans la cage avec le dompteur. Il vous apprend alors les gestes, les signes, les ordres, en résumé le B.A-BA du métier pour monter un numéro avec des fauves.

Comment a évolué votre profession ?

Il est de plus en plus difficile de vivre de notre métier. Les cirques traditionnels sont presque en voie de disparition. Principale raison : les mairies ont tendance à nous reléguer à la périphérie des villes et à interdire les parades dans le centre pour ne pas gêner la circulation… Les spectateurs sont donc moins nombreux aux représentations. Ajoutez à cela toutes les dépenses pour faire tourner un cirque, comme le carburant pour aller de ville en ville, ou encore les 10kg de viande quotidiens pour nourrir un fauve et certaines fins de mois peuvent être compliquées.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller à la barre d’outils