Devenir pilote de bombardier d’eau

C’est quoi ?

A bord de son Canadair, il intervient sur les feux de forêts. Il remplit d’eau les cuves de son appareil (l’écopage) avant de tout larguer sur l’incendie (le largage). Il effectue ainsi des dizaines d’allers-retours entre un plan d’eau et le lieu d’embrasement. Il peut aussi accomplir des missions de surveillance au-dessus des zones à risques.

J’en prends pour combien ?

Ce sont souvent d’anciens pilotes de chasse. Car pour passer les épreuves écrites et pratiques (vol sur un Canadair avec tests d’écopage et de largage) du concours de pilote de bombardier d’eau, vous devez justifier d’au moins 3000 heures de vol et de 12 ans d’expérience. Il faut donc apprendre à piloter et passer le concours de l’Ecole de l’Air après deux ans de classe préparatoire scientifique.

Le candidat idéal ?

Il a une concentration de tous les instants. Car en plus de sa mission de vol, le pilote doit rester à l’écoute des équipes au sol pour ne pas les ensevelir sous des tonnes d’eau.

Les plus ?

Le pilotage très technique de ces appareils procure un réel plaisir.




Les moins ?

Piloter au plus près des arbres dans un immense nuage de fumée est dangereux, même pour un pilote très aguerri.

Je travaille quand ?

De juin à octobre et pas plus de 8h de vol par jour. Le reste de l’année est consacré à l’entraînement et aux… vacances.

Y’a de la place pour moi ?

Très peu !

Combien je gagnerai par mois ?

2200 euros.

DR Böhringer Friedrich

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 commentaires sur “Devenir pilote de bombardier d’eau”

Aller à la barre d’outils