Interview d’un ancien footballeur professionnel

Jean-Luc Arribart, ancien joueur professionnel et consultant pour Eurosport

Comment devient-on footballeur professionnel ?

Pour ma part, j’ai toujours aimé taper dans la balle depuis tout petit que ce soit dans les cours de récréation ou en dehors de l’école. Puis j’ai commencé au Stade Rennais comme n’importe quel gamin qui entre dans un club de foot. Parallèlement, j’ai poursuivi ma scolarité et une fois le bac en poche j’ai signé mon premier contrat professionnel avec Rennes. Il n’est pas obligatoire d’intégrer un club qui dispose déjà d’une équipe pro pour faire du football son métier. De nombreux jeunes joueurs sont issus de clubs amateurs. Ils ont été repérés par des recruteurs ou ont participé à des stages de détection organisés dans toutes les régions de France par les clubs professionnels. Les entraîneurs leur enseignent ensuite le métier dans leur centre de formation en attendant leur intégration dans l’équipe première.

Comment a évolué le métier de footballeur ?

Les choses ont beaucoup changé depuis que j’ai pris ma retraite. Tout d’abord, il est devenu plus simple de partir jouer dans un club étranger. A mon époque, à part Michel Platini parti à la Juventus, nous étions peu à quitter le championnat de France. Cela tient surement au fait que depuis une vingtaine d’années les joueurs ont pris la main sur leur carrière. Auparavant, les dirigeants avaient tous les pouvoirs. C’étaient eux qui décidaient du transfert ou non d’un de leurs joueurs. Aujourd’hui, les footballeurs partent pratiquement quand ils veulent. Ils sont moins fidèles à un maillot. La médiatisation croissante du foot a en outre apporté énormément d’argent. Les joueurs choisissent souvent es clubs offrant les meilleurs salaires.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller à la barre d’outils