Devenir chargé de recherche pharmaceutique

C’est quoi ?

Celui qui met au point les nouveaux médicaments. Première étape, se documenter sur la maladie que doit guérir le médicament. Il doit comprendre comment elle agit, se développe ou se transmet. Il doit ensuite multiplier les expérimentations en laboratoire. Dans le cas d’un virus, il doit trouver quel principe actif peut l’éliminer ou prévenir son apparition à travers un vaccin par exemple.

J’en prends pour combien ?

8 ans après le bac en faculté de science. Tout d’abord 3 ans pour décrocher une licence en chimie, puis deux ans en master « chimie moléculaire » ou « optimisation des protocoles expérimentaux ». On y accède sur examen du parcours universitaire. La dernière étape est celle du doctorat. Pendant trois ans, l’étudiant approfondit un sujet de son choix sous la houlette d’un directeur de thèse.

Le candidat idéal ?

Curieux et ouvert d’esprit, il doit aussi être créatif pour imaginer les expérimentations qui lui permettront de tester les effets des médicaments.

Les plus ?

La satisfaction de trouver un nouveau médicament qui guérit des personnes malades.




Les moins ?

Certaines recherches sont top longues à aboutir et sont parfois abandonnées par les laboratoires pharmaceutiques, car elles deviennent trop cher par rapport aux nombres de malades concernés et donc au bénéfice qu’ils espèrent retirer de la vente du médicament.

Je travaille quand ?

Au moins 39h par semaine réparties du lundi au samedi.

Y’a de la place pour moi ?

Peu ! Seuls quelques postes sont proposés dans des laboratoires privés (Pfizer, Sanofi…) ou dans des organismes publics (Inserm, CNRS..)

Combien je gagnerai pas mois ?

A partir de 2100 euros (débutant).

CC-BY-SA BMK

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller à la barre d’outils